Sommaire

Portraits

Raïs Lhaj Belaid Raïs Lhaj Belaid Raïs Lhaj Belaid

Introduction

À l'âme du poète créateur Raïs l'haj Belaid, qui a hissé haut le flambeau de la connaissance dans les ténèbres de l'ignorance.

Mohamed Mestaoui (écrivain)

N'importe qui peut comprendre les chansons de l'haj Belaid. Chaque phrase est une image, que ça soit dans ses compositions sur l'amour ou sur l'émancipation des femmes ou encore les valeurs de la société.

Raïs Hmad Amntag

Lhaj Belaid est le maestro du ribab.

ⵍⵀⴰⵊ ⴱⴻⵍⵄⵉⴷ ⵏⵜⵜⴰ ⴰⵢⴳⴰⵏ ⵛⵉⵅ ⵏ ⵔⵔⵉⴱⴰⴱ.

Raïs Omar Ijiwwi

Lhaj Belaid est le chef d'Imourig

ⵍⵀⴰⵊ ⴱⴻⵍⵄⵉⴷ ⵉⴳⴰ ⵔⵔⴰⵢⵙ ⵉⵎⵓⵔⵉⴳ

Raïs Mohmed Demsiri dans Rzimghd i oulli now s loda ghou'jddigue (1976)

L'haj Belaid, véritable fondateur de la symbolique et de la rythmique berbères (Amazigh)...

Feu Mohamed Khair-éddine (écrivain) dans Légende et vie d'agoun'chich, page 13 - édition du seuil

On ignore tant de choses sur la richesse du patrimoine Amazigh, de cette culture millénaire…

Biographie

Raïs l’haj Belaid est né approximativement à la fin du troisième quart du 19° siècle (aucune date fixe n’est connue de sa naissance) entre 1870 et 1875, d’après Alexis Chottin & Paulette Galland. Orphelin de son père dès l’âge de la petite enfance, il vit avec sa mère du nom du Rkia Bent Ali de la famille Aït Dda Bihi du village Tamaîite, de la région de Imsgguine à l’Est d’Agadir. Sa mère l’a envoyé à l’école religieuse Timzguid ⵜⵉⵎⵣⴳⵉⴷ du village pour son instruction. Mais l’extrême pauvreté des siens obligea celle-ci à le faire travailler comme berger(d’après Mestaoui), contre une pitance. Avec ses instruments de musique confectionnés sur le tas[^1], avec les moyens du bord : La flûte, l’Outar (“guitare” a 4 cordes) et le Ribab (violon monocorde, instrument majeur dans la musique du Souss), le jeune garçon a fait “ses griffes” dans un dénuement et une sobriété qui n’ont pas d’égales et cela jusqu’au début de la reconnaissance.

Le sauveur de Raïs l’Haj Belaid fut le chef des acrobates de Tazerwalte ⵜⵣⴻⵕⵡⴰⵍⵜ (la bleue en Tamazighte), Chérif Sdi Mohamed Ousalh, ce dernier l’a incorporé dans sa troupe pour sa virtuosité à la flûte en échange d’une maigre pitance donnée à sa mère. A Tazerwalte, Raïs l’Haj Belaid a étudié à la zaouia hmad ou moussa et a connu un essor[^2] de sa notoriété musicale[^3].

L’Haj Belaid est mort en 1946[^4], dans un silence et un oubli totaux et aussi dans un environnement de bouleversements naturels, épidémies, famines et de conflits politiques mondiaux. Il laisse derrière lui une bibliothèque de chants catégoriés en cinq axes (ci-après).

r : roulée, t : appuyée.

Oeuvre & Catégorisation

Nous décomposons l’oeuvre, vu sa richesse, en trois parties

  • 1) L’artiste,
  • 2) Sa méthode,
  • 3) Catégorisation (Selon l’écrivain Mohamed Mestaoui).

1) Raïs lhaj Belaid est : Poète, interprète, compositeur, auteur, maître en rimes et métaphores et chef de troupe. Détenteur de la parole juste, la composition extraordinaire et de la voix forte.

Nous savons que peu de ses compositions artistiques ont eu la chance d’être enregistrées, ce qui nous fait perdre beaucoup de son répertoire. Nous savons aussi que les grandes maisons d’enregistrements et de diffusions[^5] de jadis, imposaient la durée de la chanson enregistrée (5 à 6 minutes). Nous savons enfin que lhaj Belaid, avait une façon de composer (voire sa méthode 2). Après s’être assuré que rien n’interdit dans le Coran l’enregistrement des chansons, notre illustre Raïs a dit sa célèbre phrase :

Znzn mdn ayda nsn, ad znzkh winou (Les gens ont vendu leurs biens, je vends les miens).

il commence alors à enregistrer ses albums à un âge avancé (comme le prouve les photos prisent de lui, elles se comptent sur les doigts d’une main. Ainsi que sa voix qui appartient à l’année 1938, en grande partie). Malgré les circonstances coloniales de son temps, Belaid était au sommum de sa gloire artistique, en période de mélopées romantiques. Toute sa production portait sur les malheurs des siens, avec un souci constant de partager et d’assoir dans l’imagination des gens les valeurs qui leurs sont intrinsèquement et viscèralement liées

  • L’entente,
  • la fraternité,
  • l’éveil religieux et civil,
  • l’amour du prochain (entre les êtres).

La majeure partie de ses chansons sont axées sur le social et le religieux, ce qui est dû à son éducation et à l’emprise des écoles religieuses (qui proliféraient) sur la population. La nature enfin a influencé à son tour positivement ses poèmes, puisqu’il a immortalisé à Zagmouz (village aux alentours de Taliwine) et dans d’autres régions verdoyantes, bien des poèmes de grandes qualités artistiques.

2) Raïs Belaid composait comme suit :

  • 1° étape : Açttar - ⴰⵚⵟⵟⴰⵕ, appelée introduction ou échauffement,
  • 2° étape : Rythme de la chanson chantée ou fond de la composition,
  • 3° étape : La fin de la composition, qui attire plus de monde, elle s’appelle : amssous - ⴰⵎⵙⵙⵓⵙ.

3) Catégorisation, en cinq axes

axe 1) Lettre du poème - tabrat oumarg - ⵜⴰⴱⵔⴰⵜ ⵓⵎⴰⵔⴳ

Six chants qui relatent ses difficultés avec son métier de troubadour et la composition. Dans ceux-ci, il caresse un hypothètique espoir, un amour inconnu, le mirage de l’émigration et l’amertume envers les envieux, les jaloux, et les autres détracteurs.

Les chants sont :

Nom de la chansonEn TamazighteOn prononce en tamazighteEn françaisRemarques
Lfars(Amnay)ou Isawkan tkhammamkh ⴰⵎⵢⴰAmnayChevalierIsawkan tkhammamkh = je ne fais que méditer; lfars : chevalier en arabe
Tadwat d lqlmⵜⴰⴷⵡⴰⵜ ⴷ ⵍⵇⵍⵎTadwate d lqlmL'encrier et la plumed,q : appuyées
Ribab (n'existe pas)ⵕⵉⴱⴰⴱribabl'équivalent du : violonr : roulée
Ouar laman(0 à 2'45")ⵡⴰⵔ ⵍⴰⵎⴰⵏouar lamanl'insécuritéouar= sans, laman= sécurité
Igh istara oudar inouⵉⵖ ⵉⵙⵜⴰⵔⴰ ⵓⴹⴰⵕ ⵉⵏⵓIgh israra oudar inouSi je voyageaisd : dentale occulsive sourde, litteralement : si mon pied se promenait
Akka isbr yaneⴰⴽⴽⴰ ⵉⵚⴱⵕ ⵢⴰⵏakka içbr yaneêtre patientç: appuyée

axe 2) La séduction & la description - açqqr dou’smlad - ⴰⵚⵇⵇⵕ ⴷⵓ ⵙⵎⵍⴰⴷ

Douze chansons, dans lesquelles, il parle d’amour éternel à la bonté et à la beauté humaine, que ça soit de :

  • La voix,
  • du geste,
  • de la valeur,
  • ou du sens…

Il utilise des métaphores d’animaux et de leur environnement

  • Le cheval (ⴰⵢⵉⵙ ayyis) et/ou poulains (ⴰⵊⴷⴰⵄ ajdaâ),
  • la gazelle (ⴰⵥⵏⴽⵯⴷ aznkwd ),
  • le faucon (ⵍⴱⴰⵣ lbaz)
  • l’aigle (ⵉⴳⵉⴷⵔ igidr), etc…

Les chants sont :

Nom de la chansonEn TamazighteOn prononce en tamazighteEn françaisRemarques
Ljouḧr(Par ses petits fils) ⵍⵊⵓⵀⵕljouḧrla perleljouḧr : perle en arabe - une métaphore
Lâawd lḧmr (n'existe pas)ⵍⵄⴰⵡⴷ ⵍⵃⵎⴰⵕlâawd lḧmrLe chevalier rougeEn tamazighte : ayyis ouzwigh (ⴰⵢⵢⵉⵙ ⵓⵣⵡⵉⵖ), (â;ḧ) : pharyngale spirante (sonore;sourde); r : roulée
Rariyd lâaql (n'existe pas)ⵔⴰⵔⵉⵢⴷ ⵍⵄⴰⵇⵍrariyd lâaqlrends-moi mon espritr,q : (roulée,appuyée)
Ajdg n imi n trgwa 1 ou Ajdig n imi n trgwa 2ⴰⵊⴷⴷⵉⴳ ⵏ ⵏⵎⵏ ⵏ ⵜⵔⴳⵯⴰajdig n imi n trgⵯala rose à l'embauchure du champ fértiled : apuyée, gⵯa(prononcez : gwa)
Adbibⴰⴹⴱⵉⴱadbib, en tamazighte : amsgnaf ⴰⵎⵙⴳⵏⴰⴼle toubibd : dentale occulsive sourde emphatique, adbib : mot arabe, prononcé en tamazighte
Our n samḧ i lmâalm (Chantée par Chamkh Abdelaziz, n'existe pas)ⵓⵔ ⵏ ⵚⴰⵎⵃ ⵉ ⵍⵎⵄⵍⵎ(â;ḧ) : pharyngale spirante (sonore;sourde)On ne pardonne pas à l'artisan(maître)
Taghjjijteⵜⴰⵖⵊⵊⵉⵊⵜtaghjijtevillage du sud Maroc j : appuyée
Ayyis(0 à 3'05")ⴰⵢⵢⵉⵙayisle chevaly : appuyée, une autre métaphore...
Tagwmrt 1(14min. 30sec. à la fin) ou Tagwmrt 2(0 à 3'20")ⵜⴰⴳⵯⵎⵔⵜtagwmrtla chassegⵯ : on prononce(gw)
Talb(n'existe pas)ⵟⴰⵍⴱtalble lettrét : dentale occulsive sonore
Lmoulouk çalihin(n'existe pas)ⵍⵎⵓⵍⵓⴽ ⵚⵚⴰⵍⵉⵃⵉⵏlmoulouk çalihinles décideursç : appuyée
Atbir oumlilⴰⵜⴱⵉⵔ ⵓⵎⵍⵉⵍatbir= colombe , oumlil= blanchecolombe blanche...une autre métaphore

axe 3) La critique sociale - taynnit f ayddars - ⵜⴰⵢⵏⵏⵉⵜ ⴼ ⴰⵢⴷⴷⴰⵕⵙ

Dans ses chansons, il parle avec regret et amertume de la débauche comportementale au nom de la civilisation comme la consommation de l’alcool, le vice et le recul des valeurs fondatrices du milieu sociétal chez les Caïds et chez certains jeunes, ainsi que l’émergence de la tremperie, du mensonge et de la duperie etc… Choses qui ont supplanté dans la mentalité des gens, les valeurs de droiture, d’entraide, de confiance etc…

Les chants sont :

Nom de la chansonEn TamazighteOn prononce en tamazighteEn françaisRemarques
Chrab ou Chrab(0 à 8'25")ⵛⵕⴰⴱChrabl'alcoolCh : appuyée et r : roulée
Iqra ou Iqra(0 à 5'30")ⵉⵇⵕⴰghrlirer : roulée
Taroudant (n'existe pas)ⵜⴰⵔⵓⴷⴰⵏⵜville du sud du Maroc
Timtwine 1 ou Timtwine 2 ou Taliwine 3(3"35' à la fin)ⵜⵉⵡⵜⵎⵉⵏféminines
Anguid n tgzirtⴰⵏⴳⵉⴷ ⵏ ⵜⴳⵣⵉⵔⵜLe pélérinage à l'îlePélérinage à la mèque (tagzirte= l'île en arabe)

axe 4) Témoignage des faits - imoukras n ddounit - ⵉⵎⵓⴽⵔⴰⵙ ⵏ ⴷⴷⵓⵏⵉⵜ

Il évoque les faits qu’ont marqué son temps : l’évolution économique, sociale, politique de la région du Souss, durant la 1° moitié du 20° siècle d’une part, d’autre part il parle des innovations scientifiques, télécommunications et constructions. Tout ceci avec un esprit éveillé et un sens développé, qu’il a usité dans son art à travers ses poèmes.

Les chants sont :

Nom de la chansonEn TamazighteOn prononce en tamazighteEn françaisRemarques
Bar Hotel (n'existe pas)ⴱⴰⵕ ⵓⵟⵉⵍ
Lmakina(ou CTM 1) ou Lmakina(ou CTM 2) ou Lmakina(ou CTM 3)ⵍⴰⴽⵉⵏⴰ ⵓ ⵙⵜⵎmachine ou car(Compagnie de Transport Marocaine)
Tiznit ou Tiznitⵜⵉⵣⵏⵉⵜ ⵓ ⵍⴱⴰⴰTiznit ville du sud du Maroc
Souss(face:1 & 2) ou Taliwine(0 à 2'50")Souss(face:1)ⵙⵓⵙ ⵜⴰⵏⵢⴰSouss: sud du Maroc
Chifour d toumoubil(n'existe pas)ⵛⵉⴼⵓⵕ ⴷ ⵟⵓⵎⵓⴱⵉⵍChifour d toumoubilChaufeur et la voitureCh : appuyée, t : dentale occulsive sonore, r : roulée

axe 5) Excursions - Amouddou - ⴰⵎⵓⴷⴷⵓ

En dehors de Souss, Haha(Ihahan), Marrakech et le grand Atlas, notre virtuose, n’a enregistré lors de ses déplacemnets que pour le pélérinage à la Mèque en 1910, la visite du Roi à Paris et à l’une de ses productions devant le Pacha lglawi à Sktana(region de Taliwine).

Les chants sont :

Nom de la chansonEn TamazighteOn prononce en tamazighteEn françaisRemarques
Amouddou n'lhij(1) ou Amouddou n'lhij(2)ⴰⵎⵓⴷⴷⵓ ⵏ ⵍⵃⵉⵊAmouddou n'lhijPélérinage à la Mècqueamouddou : voyage en Tamazighte
Amouddou n'batiz (1) ou Amouddou n'batiz (2)(8'25" à 14'30")ⴰⵎⵓⴷⴷⵓ ⵏ ⴱⴰⵔⵉⵣvoyage à Paris
Taliwine(1) ou Taliwine(2)(1°chanson:0 à 2'50")ⵜⴰⵍⵉⵡⵉⵏTaliwine ville du sud du Maroc

Raïs lhaj Belaid a initié d’autres Rways (pluriel de Raïs), comme :

A sa mort, il laisse un fils, Raïs Larbi Hammouch, âgé de sept ans (selon le témoignage de celui-ci en 1975). Presque 70 ans après sa mort, il reste :

  • Inégalable, unique et inimitable.
  • Anecdote racontée par Ijiwwi:

Omar Ijiwwi a su que le prince des Rways Amazigh, l’haj Belaid est l’invité du caid de son village, Hmad Ouzoud. le jeune Ijiwwi est allé trouver Belaid, qui était assis et consultait ses écrits. Ijiwwi dit :

A sidi lhaj, hati righ a tgt chikh inou (Votre honneur, je veux que vous soyez mon parrain).

Belaid lève sa tête, il dévisage son interlocuteur. Après réflexion, il lui répond :

Ourd tarrayst ay chqqan, may taynnan ad tra louqt (Ce n’est pas le fait d’être Raïs qui est difficile, ce qui l’est c’est quoi dire pour l’être).

Un badaut intervient et dit à l’haj Belaid, qu’Ijiwwi a une véritable passion. Belaid répond :

Hayyagh n’chcha, hayyagh n’ffough (Mangeons et sortons).

Une fois sur l’estrade (asays), après le dîner, Ijiwwi chante sa chanson spécialement concoctée pour la venue du Roi d’Amarg, à son village (Aït Braym Anzoud). A la fin, l’haj Belaid apostrophe Ijiwwi en disant :

Mazza trit, han agwma Raïs tgit! (Que veux-tu mon frère, Raïs tu l’es!).

Cette reconnaissance du Raïs des Rways (chef des chefs de groupes) au Raïs Omar Ijiwwi, a ouvert à celui-ci les portes de la poèsie Amazigh. A notre tour, nous consacrerons bientôt un article à feu Raïs Omar Ijiwwi, poète, auteur et interprètre. Méconnu par beaucoup de monde.

Notes

. (1) : Dans une nature calme et silencieuse, une terre qui n’est tapissée de verdure que par période et entre les arganiers. L’arganier, un arbre séculaire auquel nous consacrerons un article prochainnement.

. (2) : L’horizon s’est ouvert à lui, il a appris les fondements des chants, de la musique et les règles de ceux-ci. Il était un élève plein de qualités (intelligent, courageux, sobre, éveillé, éduqué, poli, serviable, respectueux, plein de bonté, gentil, mesuré, digne, stable, fidèle, etc…).

. (3) : Il a intégré un premier groupe ensuite, un deuxième, et c’est au bout du cinquième groupe qu’il arrive à démarrer, il a joué avec :

  • Raïs Badag (Badag = Gros; d : dentale occulsive sourde emphatique, appuyée)
  • Raïs Mbrak Ouboulihcen (virtuose du Ribab),
  • Raïs Mohamed Boudrâa Tazerwalti,
  • Raïs Mohamed Ouboubkr,
  • Raïs Larbi ben Abdellah (virtuose de l’outar)
  • Raïs moulay Ali çwiri,
  • Raïs Mouh gou “glou” (de “Aglou” , région de Tiznit)…

Avec ce groupe, les portes de la célébration lui sont ouvertes.

. (4) : Livre : Amarg (en Français) par El montassir Abdellah.

. (5) : Pathé-Marconi, pour laquelle l’anecdote dit qu’il fait partie des premiers clients sur la série du 78 tours vinyles. Baidaphone, chez laquelle il a enregistré aussi(d’autres maisons d’enregistrements : Poulidor, philips, coulombia,La voix de son maître,…).

. (6) : Définition, voir remerciements.

Les paroles

  • Nous mettrons en ligne prochainement les paroles de toutes les chansons de Lhaj Belaid.

Il vit encore et toujours…

Sources

  • Livre : Raïs lhaj Belaid (en Arabe, avec les paroles de l’haj Belaid) par Mestaoui Mohamed, que nous remercions pour ses oeuvres.
  • Corpus de Musique Marocaine Paris 1933 : Alexis Chopin,
  • Recueil de poèmes Chleuhs : Paulette Galland,
  • Mohamed Wakhzane, poète et investigateur en Tamazighte (la personne avec des lunettes), vidéo en Tamazighte
  • Livre : Amarg (en Français) par El montassir Abdellah.

Remerciements

  • Nos remerciements particulièrement à MM Mohamed Mestaoui & Ahmed Aassid, et à tous ceux qui oeuvrent pour que vive Amarg(dont le pluriel est : Imourig), mot d’une grande profondeur poètique et d’une densité affective, enrichi de mélancolie et qui signifie : poésie, chant, regret, chagrin d’amour, etc…