Sommaire

Raïs Omar Ijiwwi est une des grandes figures d’ Amarg1. Il n’a malheureusement pas pu laisser son nom comme Raïs Lhaj Belaid, forgé dans la tête de tous les Ait oumarg…

Portraits

Raïs Omar Ijiwwi Raïs Omar Ijiwwi

Biographie

Raïs Omar Ijiwwi alias (Omar Ben Mohamed Mbark), c’est une des rares personnes qui est à la fois : Poète, Compositeur, Interprète et Raïs. Né à Quabilat Aït Braym à Anzoud(Mzouda) aux environs de 1911, il a grandi dans un milieu qui a connu de grands poètes et qui ont été des exemples pour lui. Dans son jeune âge, il a côtoyé les grands de cette riche période en Amarg. Par exemple, Raïs Mohmed Wahrouch, le père du défunt Raïs Omar Wahrouch (il a fait des tournées avec le père et a été tuteur sur demande de celui-ci de son fils Omar Wahrouch), il a rencontré et côtoyé Raïs Lhaj Belaid (parrainage et citation), Raïs Mohmmad Anchad, Raïs Boubakr Az3ri(Azeiri), Raïs Mohmmad Boudra3(Boudraâ), etc… Il est connu par sa poésie dense et pure. Il avait un don peu égalable dans l’art en Amarg. Il est incontestablement la bibliothèque des belles chansons de beaucoup de Raïs chanteurs qui louent ses nobles services de compositeur en omettant de le citer quand ils chantent devant leurs fans. Il est mort accidentellement asphixié au monoxyde de carbone dans sa chambre, en 1996.

Ses Débuts

Ils sont ainsi racontés par Messieurs Ahmed Aâçid et Mohamed Mestaoui. “Le magnétophone à la main, des questions plein la tête; nous voilà en route pour rencontrer Raïs Omar Ijiwwi. Nous nous sommes dit que la seule chose à faire, c’était de le pousser à citer le maximum de ses poèmes. Deux raisons nous guidaient en cela:

  • Sa poésie est la réponse à toutes nos questions,
  • Son répertoire n’a à ce jour pas été sauvgardé et codifié, malgré son abondance. L’idée de rencontrer Raïs Ijiwwi nous est venue à l’occasion du Forum des poètes interprètes Imazighn, sous le nom de Tilelli(liberté), en Août 1994 et qui a été interdit par les autorités, à la dernière minute.”

Ijiwwi était un troubadour comme tous ses confrères. Il a silloné villages(kabilies) du grand Atlas aux plaines du Souss, rencontrant d’autres poètes d’Ahwach2, se produisant avec ses longs poèmes devant un parterre de badots et de Qyouds(pluriel de Caids). Avec le temps, il a vécu toutes les contradictions de son milieu aussi bien pendant le protectorat qu’après. Il faut dire qu’Ijiwwi, s’est illustré dans deux domaines, à savoir :

  • Ahwach,
  • L’art des Rways(pluriel de Raïs).

Pour se faire une place dans l’art des joutes verbales à Assays3, Omar Ijiwwi s’y est attelé très tôt. Il dit à ce propos:

  • Tamazirte Idma Isksa Wwane, biddkhn gh ouhwach nnikh iddrst: ( J’arrive au village d’Idma Isksa Wwane, il y avait Ahwach, je dis aux danseurs: )

  • Ewa bismi, rikh ad nbdou tawalangh. ( Au nom de Dieu, je veux prendre la parole ).

Presonne ne s’est interessé à moi. Amghar(le sage) du village demande à ce que l’on réponde à cet étranger. J’ai dit alors :

  • Ewa bismi rikh ad n’bdou tawalankh, alalla aâziza hayyi kwchmkh’am lhouroum. Ad inikh dif’llah nknou ikhf ar akal. ( Au nom de Dieu, je veux prendre mon tour de parole. A Lalla Aâziza, je rentre dans le sanctuaire de la joute poétique. Avec votre permission, je m’incline respectueusement.)

La femme renommée en poésie du quabilat Isksawn à Toudma, prénommée ssi Aïcha, m’interpelle aussitôt en me disant:

  • Omane atgit? nra adis yawiy yane wass.( D’où es- tu? On veut y aller un jour ). Je réponds:

  • Ammas n’ignwan akh nskr takat nnkh. adou kasd n’tgiz n’ghliy srk a wayyad(Au sein des cieux est ma demeure. Je monte et descends au moyen du vent.) Is yid yiwi wadou oukan ar nsawal(C’est le vent qui m’a porté et je parle) Elle me répond:

  • Hiyya! imourig4 ad our soul ili ttamane: wannad yiwiy wadou kchmnagh isouyas.(Et alors! Ces poésies n’ont pas de prix: tous ceux qui sont amenés par le vent sont sur nos estrades.)

Après moultes petites tentatives de ce genre, il apparraît que notre poète est plus déterminé que jamais à aller de l’avant dans son chemin pour se faire, dans le sanctuaire d’Amarg, une place, avec fierté et orgueil. Cette obstination sans faille l’a effectivement beaucoup aidé à maîtriser les outils et l’art d’Assays (connaissances aiguës dans l’art des joutes sverbales). Peu de temps a suffi à notre apprenti pour devenir jeune poète aguerri et surtout craint par ses pairs. Ce qui a augmenté sa verve, c’est surtout la compagnie des grands poètes et intreprètes de son temps.

Apprentissage de l’Art d’Amarg et des joutes verbales

Avec

1°) Wahrouch père & fils

Après des experiences pas faciles de ce genre, il était clair qu’Ijiwwi, cherchait à faire sa place dans le royaume d’Amarg et qu’il y avancait avec fièrté, honneur et sa hobbie à l’art de la poésie. Se sont ces choses qui l’ont aidées à connaitre les règles d’Asays(Estrade).Peu de temps après, il commencait déjà à se distinguer par ses vers. Ce qui a augmenté son crédit, c’est la compagnie des grands compositeurs de ce temps; A savoir Mohamed Wahrouch(le père du défunt Raïs Omar Wahrouch)par exemple.

  • Ensemble ils ont formé un duo et silloné les villages et les demeurs des Qyouds5 et Chikhs6. Ils chantaient et faisaient des sketchs, Wahrouch le père jouait le rôle de la femme dans un couple et Ijiwwi celui du mari. Dans leur dialogue ils traîtaient la problématique de la socièté d’antan y compris les interdits, qu’ils arrivaient à approcher par des phrases composées où par des métaphores.

  • Omar Wahrouch avait alors sept ans quand son père Wahrouch a confié à Ijiwwi son instruction et son éducation. Cette mission a été menée à bien. Des joutes verbales entre le maître et l’apprenti en disent long, voilà un fort exemple:

Omar Wahrouch

  • A khouya Ijiwwi, rad awk n’ni ya wawal(chère Ijiwwi, j’ai à te dire des vers)
  • our igi n’dm wanna inkrn ar isawal(être jouteur n’est pas fortuit)
  • our illi bla yan iz7ourn ikh illa ch8ikh nns(Il n’y a plus que ceux qui visitent quand il y a leur guide spirituel)
  • Imma h9an yan our izourn our isiin i yat(mais,celui qui n’est pas aller au sanctuaire ne sait rien)

Omar Ijiwwi

  • Yak ourd nikkin ad10akh tn3nit a Omar(Est-ce que c’est pas moi que tu pointes)
  • nikk add izwarn s lbrkt nna ikka chikh(Je suis le premier à être présent à la réunion du guide spirituel)
  • Zawit n ourgrag akh koullou n’maàchr(c’est dans le sanctuaire d’Argrag où on s’est reunit)
  • Immoutakh oul nikki dik lahakh agouray(ensemble on est foutu, on n’a pas d’occupation)
  • Krzn lgouman mgrn aàmmrn ichlfan(les gens ont semés, labourés et remplis leurs sacs)
  • nasid ghid ighnjawn ar n’tndillif(on porte alors les cueillets et on ère)

O. W.

  • Zik as rikh ayi gis tnnit awal ann(j’aurais aimé que tu m’en parles plutôt)
  • llikh our ta dik nzour many gh isouyas(Quand je n’avais pas visité avec toi aucune éstrade)
  • ghkka nga; Ghikkad our soul akh ittl yat(comme ça on est; Maintenant rien ne nous attarde)

O. I.

  • Irbbi mliy mak ihlkn itwwouri nnoun(Dis-moi, qu’est-ce qui t’empèche de labourer)
  • krzat zoud mddn, gat yane kh takatin(labourer comme tout le monde, soyez comme tout le monde)
  • Inna sawk yiwi wadou imouslmn yawik(Le vent qui emporte les gens t’emporte)
  • Rmin izlafn n’mdn skr takat nnoun(Il est temps que vous vous mariez)

O. W.

  • Akhouya Ijiwwi, adak nini ya wawal(Chèr Ijiwwi, je te cause)
  • ikh iga zzman zld, ismounakh awk afous(Si l’avenir est maudit, qu’on aille alors en disparaisse)
2°) Anecdote avec Raïs l’haj belaid
3°) Raïs Moulay Mouh

Après s’être reconnu par l’Haj Belaid comme chef de groupe, Ijiwwi a contacté et intégré l’équipe de Moulay Mouh. Il a passé deux années avec les nouvelles recrues comme: Raïs Mohamed Abaàmrane et Raïs Ahmed Oumourak.

4°) Raïs l’Houcine Janti
  • Raïs Moulay Mouh,
  • Rwaysates,
  • D’autres Rways d’antan,
  • Chanteurs contemporains.

( à suivre le mois prochain, Janvier 2018…)

La poésie

  • la veillesse,
  • Conclusion.

( à suivre le mois prochain, Janvier 2018…)

  1. Poésie 

  2. Chant & danse 

  3. Aire de danse 

  4. pluriel de Amarg 

  5. Pluriel de caid, l’équivalent du gouverneur avec des prérogatives très étendues. 

  6. pluriel de Chikh, homme d’autorité sur le terrain, avec des pouvoirs limitées. 

  7. “th” anglaise, 

  8. lettres appuyées. 

  9. h aspirée,”ه”: arabe 

  10. appuyée